Publicité
LEO

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Souhaitez-vous apporter votre soutien à LEO ?

Alors désactivez le bloqueur pour le site de LEO ou bien faites un don !

 
  •  
  • Accueil du forum

    Pays et habitants

    Das gestrige "Triell" im Bundestagswahlkampf

    Sujet

    Das gestrige "Triell" im Bundestagswahlkampf

    Commentaire

    Il est trop tôt pour spéculer sur les composantes de la future coalition, qui, si les urnes confirment les sondages, devrait compter plutôt trois partis que deux afin de réunir une majorité absolue au Parlement. Mais, si le débat télévisé qui a opposé, dimanche soir 12 septembre, les trois candidats des partis en tête est un signe, c’est que l’Allemagne souhaite avant tout rester dans sa zone de confort. M. Scholz a rassuré par son calme, sa maîtrise des dossiers et un manque de charisme très merkélien. Malgré sa combativité, M. Laschet ne semble pas avoir remonté la pente. Et si les téléspectateurs ont apprécié l’énergie de Mme Baerbock, c’est elle qu’ils ont trouvée la moins convaincante.


    Le danger allemand est que l’atout de la stabilité se transforme en handicap du statu quo. Les échanges des trois candidats l’ont pourtant montré : les retards de l’Allemagne – première économie européenne – dans des domaines comme la numérisation et les infrastructures la rendent vulnérable. Le durcissement de la Chine remet en question son modèle économique tourné vers l’exportation. Pourtant, il n’a été question dimanche soir ni de l’Europe, ni de la défense, ni de la Chine. A bien des égards, cette campagne allemande n’est pas à la hauteur des défis du monde de 2021.https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/09/... 


    Seid ihr - wie ich - auch der Meinung des Le-Monde-Leitartikels?

    Auteur mars (236327)  13 Sept. 21, 11:43
    Commentaire

    le "handicap du statu quo"...


    L'Etat est ce qui est, ce qui demeure, ce qui reste, ce qui perdure par delà les générations.

    Servir l'Etat, c'est donc œuvrer à ce que ces choses ne changent pas, c'est travailler pour le statu quo.


    Alors le journaliste du Monde ne comprend pas. Il en est resté à Sarkozy qui clamait avoir été élu pour lutter contre l'Etat et le réduire, ou à Macron qui se nomme et se laisse appeler sans vergogne "chef de l'Etat" et se pique de "réformer" celui-ci sans y voir d'oxymore.


    Eh oui, il y a encore dans des pays développés et voisins des serviteurs de leur Etat, qui veulent le choyer et non pas le changer.

    #1Auteur Retro loc (1325081)  13 Sept. 21, 12:38
    Commentaire

    Mir war aufgefallen, dass der deutsche Journalismus nicht nur die SPD vorne sieht, sondern irgendwie gerne auch in diese Richtung nachhelfen möchte ;)


    Obwohl in Frankreich der Journalismus ebenfalls eher linkstendenziell ist, will man sich dort in diese Richtung noch nicht festlegen, auch wenn man Umfragewerte den Lesern natürlich nicht vorenthält. Die Franzosen halten allerdings solche Ereignisse von je her für unberechenbarer als die Deutschen. Wobei: wenn ich mir die Prognosen der letzten Wahlen so ansehe...


    Jedenfalls würde ein Sieg der SPD vermutlich auch in Frankreich die Leute wieder eher an eine Auferstehung der Sozialisten glauben lassen. Man muss sich vorstellen, dass dort eine Partei vergleichbar mit der SPD bei der letzten Präsidentschaftswahl einfach komplett pulverisiert wurde und sich seither jeder fragt, ob sich der Pulverstaub jemals wieder zu einer kritischen Masse verbinden kann.

    #2Auteur robojingler (1321596)  13 Sept. 21, 16:09
    Commentaire

    Il ne faut pas comparer le SPD et l' (ancien) PS français.

    Dans sa doctrine, le PS était en tous points bien plus proche de la Linke.


    Du reste, le SPD a accepté d'entrer dans plusieurs coalitions "modérées", alors que le PS n'a accepté qu'avec les communistes et les RadSoc (radicaux-socialistes).


    Comme un journaliste peut, du seul fait de sa profession, réduire son revenu imposable de 7650€, il évitera de se froisser avec son employeur (qui doit être agréé), et il évitera de critiquer durement la Majorité politique, de peur de perdre ce privilège à la prochaine loi-de-finances.

    #3Auteur Retro loc (1325081)  13 Sept. 21, 16:43
    Commentaire

    #3: Désolé, ce n'était pas mon intention de comparer le SPD avec le PS en termes de propos. Je faisais simplement référence à la position du parti dans la société.

    #4Auteur robojingler (1321596) 13 Sept. 21, 17:26
    Commentaire

    Je ne dvois pas bien quel parti français aurait dans la société la place du SPD dans la sienne.

    Ni quel parti français ressemblerait au SPD. Ce genre de pensées a existé (MRG, UDF...) mais a disparu.


    #5Auteur Retro loc (1325081) 14 Sept. 21, 08:58
    Commentaire

    #5: Essaie un degré d'abstraction : un grand parti siégeant à gauche au parlement / Assemblée Nationale

    #6Auteur robojingler (1321596)  14 Sept. 21, 10:34
    Commentaire

    oui, il y en a eu, mais il n'y en a plus.

    De plus, la position dans l'hémicycle est relative. Le "barycentre" n'est pas le même dans chaque pays. Une même idée peut être modérée ou consensuelle dans un pays, et clivante ou engagée dans un autre.


    Est-ce à cela ou à lui que tu penses ?

    https://www.youtube.com/watch?v=rwy1LB9Mq2o

    #7Auteur Retro loc (1325081)  14 Sept. 21, 11:21
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  
 
 
 
 
  transformé automatiquement en