Publicité
LEO

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Souhaitez-vous apporter votre soutien à LEO ?

Alors désactivez le bloqueur pour le site de LEO ou bien faites un don !

 
  •  
  • Accueil du forum

    Nouvelle entrée

    causer polémique - eine Polemik entfachen / hervorrufen / auslösen

    Nouvelle entrée

    causer polémique - eine Polemik entfachen / hervorrufen / auslösen

    Exemples/ définitions avec sources
    l’utilisation de ces armes, qui envoient une violente décharge électrique, commence à causer polémique.

    Cette création avait déjà causé polémique aux États-Unis lors de son premier accrochage en 1989.

    Si Jeanne d'Arc cause polémique à Rouen, ce n'était pas le cas du Manneken Pis de Bruxelles qui portaient un costume unique lors de la Gay Pride.

    Tout cela n’est pas très orthodoxe et aurait pu causer polémique… 

    Ce qui nous amène à nous poser la question de ce mot de « premier » qui a aussi causé polémique. Est-ce que premier est une façon de parler de peuple primitif sans le dire ? Une façon de poser une échelle de valeurs entre les cultures du monde entier et nous ?

    Voyage au bout de la nuit: un livre qui a causé polémique

    Je suis tout à fait d’accord, puisque ce mur était une expo provisoire et qu’il cause polémique, mieux vaut le détruire afin qu’il n’excite plus personne et utiliser l’argent qu’il coûte pour des missions plus utiles.

    « Angel » est le premier film a avoir été financé par l’Irish Film Board. Ce qui n’a pas été sans causer polémique en Irlande.

    Les habitants de la France ont une sérieuse difficulté à apprendre l’anglais. C’est un problème que la population française réalise elle-même et qui cause polémique chez certains des éducateurs les plus éminents de la nation ainsi que chez les adeptes de la mondialisation.

    Franchement, sous-entendre qu'un Italien, pour cause de "sang chaud" monte dans les tours facilement, je ne vois pas en quoi ça peut causer polémique.

    je ne suis pas là pour causer polémique, je donne un point de vue que libre à chacun de suivre ou non.

    eine [wissenschaftliche] Polemik entfachen, führen

    Polemik ist Akk./Dativ-Objekt von entfacht - hervorgerufen - ausgelöst
    Commentaire
    Causer hat in frz. Texten  gelegentlich das  artikellose Akkusativobjekt polémique nach sich. Wenn das nicht jedesmal ein Fehler der muttersprachlichen Schreiber ist, schlage ich vor, den Fall ins Dico aufzunehmen.
    Auteur mars (236327) 03 Sept. 16, 09:57
    Propositions

    créer / susciter la / une polémique

    -

    eine Polemik / Polemiken auslösen / entfachen / hervorrufen



    Contexte/ Exemples
    Page 15 sur 150 résultats 
    "créer * polémique"

    ► "crée la polémique"
    Page 41 sur 410 résultats
     43 sur 423 résultats
    Ausreichend Belege für "créer / susciter la polémique"

    "causer polémique"
    Dans "actualités", 3 (!) résultats (dont un - Figaro - dans un courrier de lecteur)

    Polemik(en) auslösen (usw.) siehe DWDS 



    Commentaire
    Après "faire polémique", "causer polémique" semble être la nouvelle expression à la mode qui se répand "grâce" à Internet.
    ► Les formes correctes sont "créer / susciter / provoquer la / une polémique / des polémiques".

    Wenn das nicht jedesmal ein Fehler der muttersprachlichen Schreiber ist, schlage ich vor, den Fall ins Dico aufzunehmen.
    Falls das wirklich ins Dico kommen sollte, dann bitte mit (emploi critiqué)! Damit niemand glaubt, das sei "Standardsprache".

    "faire polémique" (bereits im Dico) reicht m.E. als 'umgangsprachliche' Variante! Auch dazu sollte man (emploi critiqué) schreiben.

    "créer / susciter la/ une polémique" fehlen dagegen noch.
    #1AuteurJosephineB (455714) 03 Sept. 16, 12:51
    Contexte/ Exemples
    JB +1

    "Wenn das nicht jedesmal ein Fehler der muttersprachlichen Schreiber ist"

    Je crains hélas qu'il ne s'agisse bien d'une nouvelle hérésie dans la même veine que "faire débat", "poser problème" , "faire sens", etc...

    (Ne causons pas polémique , "causons" français)
    #2Auteurpatapon (677402) 05 Sept. 16, 16:20
    Commentaire
    Joséphine findet: “faire polémique" … Auch dazu sollte man (emploi critiqué) schreiben.

    Und patapon stellt fest: “Je crains hélas qu'il ne s'agisse bien d'une nouvelle hérésie dans la même veine que "faire débat“ …“faire sens", etc…“ 

    Ich erlaube mir allerdings, mal ganz naiv zu fragen: Waren bzw. sind  die folgenden Ausdrücke auch une (vieille) „hérésie“ und sollte LEO jeweils „emploi critiqué !hinzufügen? : 

    faire envie - faire sensation - faire feu - faire recette - faire effet - faire fortune - faire corps - faire grève - faire face - faire front - faire bombance - faire tapisserie - faire grise mine - faire pénitence - faire peur - faire pitié -etc. 

    Ich persönlich  bin der Meinung, dass die meisten dieser artikellosen Wendungen keine Anglizismen waren bzw. sind, sondern urfranzösischer, überlieferter und mittlerweile allgemein akzeptierter Sprachgebrauch.  Ich vermute,dass sich diese Entwicklung zu verkürzten Wendungen fortsetzen wird, da Französisch keine tote Sprache ist. Ich sehe darin keine sprachliche Katastrophe. Der Trend braucht m. E. auch nicht durch entsprechende Reglementierungen abgebremst zu werden.

    #3Auteurmars (236327) 06 Sept. 16, 08:41
    Commentaire
    Je veux bien t'accorder "faire polémique" (ugs, emploi critiqué), mais en aucun cas "causer polémique" ( d'ailleurs à peine compréhensible hors contexte en raison des deux sens de "causer" : être à l'origine et parler, avoir pour sujet !)
    ". Usuel. Causer + subst. non actualisé.Avoir pour sujet d'une conversation. Causer littérature, musique, politique; causer affaires; causer chiffons. 

    "créer / susciter la/ une polémique" fehlen dagegen noch.(JB #1)
    #4Auteurpatapon (677402) 06 Sept. 16, 10:24
    Commentaire
    Ich vermute,dass sich diese Entwicklung zu verkürzten Wendungen fortsetzen wird, da Französisch keine tote Sprache ist.

    Sur ce point, tu as sans doute raison. L’appauvrissement des langues est en bonne voie* !
    On peut mettre "faire" à (presque) toutes les sauces, de même que "machen" remplace beaucoup de verbes plus spécifiques. C'est tellement plus simple.

    Je m'étonne vraiment qu'un chantre de "l'enrichissement du dictionnaire" comme toi plaide sans arrêt pour des tournures pauvres, qui remplacent des tournures existantes bien plus précises.


    * "être en bonne voie" fehlt übrigens auch noch im Dico. Das wäre doch einen Eintrag wert, oder?
    #5AuteurJosephineB (455714) 06 Sept. 16, 10:34
    Commentaire
    Patapon, ich habe nichts dagegen, dass auch "créer / susciter la/ une polémique“ ins Dico aufgenommen werden, da in den dt. Entsprechungen  oft nicht  der bestimmte Artikel steht. 

    JosephineB, ich befürworte auch deine Idee,"être en bonne voie“ ins Dico aufzunehmen, und möchte dich ermuntern, den Vorschlag selbst auszuarbeiten, zumal ich dieses Jahr noch keinen Neueintragsvorschlag von dir entdeckt konnte.

    Im Übrigen wundere ich mich, JosephineB, das du „faire envie - faire sensation - faire feu - faire recette - faire effet - faire fortune - faire corps - faire grève - faire face - faire front - faire bombance - faire tapisserie - faire grise mine - faire pénitence - faire peur - faire pitié als Verarmung der Sprache zu betrachten scheinst. Welche „tournures existantes bien plus précises.“ würdest du denn an ihre Stelle setzen? 

    #6Auteurmars (236327) 06 Sept. 16, 11:57
    Commentaire
    Wer redet denn hier von "„faire envie - faire feu - faire recette - faire effet - faire fortune - faire corps - faire grève - faire face - faire front - faire bombance - faire tapisserie - faire grise mine - faire pénitence - faire peur - faire pitié" ?

    Das sind feststehende Redewendungen, an denen es nichts auszusetzen gibt.
    Patapon und ich reden von Neologismen wie "faire débat", "poser problème" etc., Neologismen, die schon etablierte Redewendungen unnötigerweise verdrängen.

    ich habe dieses Jahr noch keinen Neueintragsvorschlag von dir entdeckt.
    Ich habe auch keinen gemacht. Ich habe einfach keine Lust mehr, mich umsonst (= vergeblich) bei LEO voll zu engagieren, wie das früher mal der Fall war.


    #7AuteurJosephineB (455714) 06 Sept. 16, 12:49
    Commentaire
    Merci, JB et patapon ! 
     
    Effectivement, il n’y a pas lieu de s’émerveiller devant chaque tic de langage ni de répertorier dans le dico chaque formule tordue dénichée chez Google.
     
    >>>>
     
     
     
     
    #0 - Nicht unterstützt.
     
    #8AuteurJohanna (236135) 06 Sept. 16, 13:06
    Commentaire
    Merci, Johanna, pour ce lien vers l'excellent article "poser (problème)".

    Puisque "tout le monde le dit, ou presque, et que tout le monde le comprend, c'est donc licite", expliquait l'animateur du forum, ajoutant que "pour le reste ça dépend des goûts" et que "la grammaire doit s'adapter" *
    .....
    Mais revenons à "poser problème". D'où vient le malaise ? Est-ce que cela évoque les tournures ridicules des années 1970 du type "ça m'interpelle quelque part" ? Du psycho-socio-mal digéré ? Sans doute. Il y a dans cette expression comme un ton docte, une gravité maladroite, une cuistrerie ordinaire, voire une caricature d'esprit de sérieux. Cela fait aussi penser à une sorte de langage robotisé, un raccourci high-tech, un slogan. Comme si, en utilisant moins de mots, on parlait plus fort. Or c'est souvent l'inverse : moins on utilise de mots, plus le cliché affadissant nous guette.

    Tout est dit.

    *Ça ne vous rappelle rien ?
    #9AuteurJosephineB (455714) 06 Sept. 16, 14:23
    Commentaire
    Johanna, ich habe mir deine Links angeschaut, den aus Le Monde (ausgerechnet das Le-Monde-Zitat in #0 war der Anlass für meinen Vorschlag gewesen …), aber auch die Äußerungen der Académie. Von ihr wird (siehe deinen 3. Link) immerhin festgestellt: „Dans nombre de locutions verbales enregistrées par l’usage, faire est directement suivi d'un substantif, comme dans faire peur, faire plaisir. faire signe, faire face. faire bon accueil.“ Ich stelle befriedigt fest: Die Académie respektiert „des locutions verbales enregistrées par l’usage“, und ich vermute, dass „faire  polémique“ nicht mehr lange, wie von Josephine in #1 angeregt, mit dem Vermerk „emploi critiqué“ versehen werden muss. 

    Dann folgt allerdings die Aussage der Académie:  „Sur ce modèle on tend, par facilité, à créer des expressions où cette construction ne se justifie pas.“ Wann etwas gerechtfertigt ist, wann nicht, darüber wird leider kein Wort verloren, es folgt nur die Kritik an faire sens und faire problème. Ist das nicht ein bisschen dürftig?  Solche lapidare „on dit - on ne dit pas“-Verlautbarungen meinte ich in #3 mit Reglementierungen. Manchmal können solche Stellungnahmen sinnvoll ein, manchmal sind sie aber zu barsch und zu kurzsichtig, ganz abgesehen davon, dass sie von zahllosen Muttersprachlern „ignoriert“ werden (in des Verbs französischer und deutscher Bedeutung). Und dass es  für die Aufnahme von Wörtern ins LEO-Dico auch andere Kritierien als die Verlautbarungen der Académie française gibt, habe ich in diesem Forum schon mehrmals angemerkt. 

    Das wird wohl meine letzte Stellungnahme in diesem Faden sein, ich bereite lieber einen neuen Dico-Vorschlag vor.

    #10Auteurmars (236327) 06 Sept. 16, 15:02
    Commentaire
    Je n'aurais jamais pensé que "causer polémique" suscite une telle polémique.
    #11AuteurGazalain (950422) 06 Sept. 16, 19:05
    Commentaire
    Unverhofft kommt oft :-))
    #12AuteurE.W.B. (883771) 06 Sept. 16, 19:18
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  
 
 
 
 
  transformé automatiquement en